Mon site SPIP

La vie de châtelain

Ghislaine de La Brunière est l’actuelle propriétaire du château, et son fils George-Eric lui succédera. Il y séjourne régulièrement avec son épouse et ses quatre enfants.

Mère et fils s’investissent régulièrement dans l’entretien des lieux. Ghislaine, très tôt formée à la sylviculture, s’occupe en outre de la gestion de la forêt familiale. Elle est également très active en Alsace dans bon nombre d’organismes forestiers, et notamment administrateur du Syndicat des Forestiers Privés d’Alsace et de Moselle. Elle est enfin déléguée régionale adjointe de la Demeure Historique en Alsace.

La "vie de châtelain" est un concept répandu dans l’imaginaire des Français. On l’associe souvent à une forme d’aisance et d’insouciance. Comme souvent, l’écart est considérable entre concept et réalité pratique. La vraie vie de châtelain est le plus souvent faite de travail, de dévouement et d’investissement ; elle laisse peu de place au farniente ou à l’oisiveté. Plus qu’un style de vie, entretenir et transmettre une maison ancienne est une vocation doublée d’une passion.

Au fond, la vie de châtelain, si elle n’est pas de tout repos, présente un atout inattendu et considérable, celui de relativiser le quotidien et d’inscrire son action dans la durée. Elle vous conduit à une philosophie personnelle axée sur la conservation du passé, offrant ainsi un socle fiable pour se projeter dans l’avenir et la modernité. C’est d’autant plus important aujourd’hui, la société occidentale ayant perdu une partie de ses repères. Cet aspect est régulièrement évoqué avec les visiteurs lors des journées portes ouvertes. Les gens se déplacent souvent pour retrouver une ambiance ou des valeurs d’autrefois et la plupart d’entre eux sont heureux de constater qu’un effort familial est fourni pour maintenir nos racines partagées.

Un château n’est pas une maison ordinaire, c’est un lieu symbolique qui témoigne de l’art de vivre d’autrefois et de notre histoire. Même privé et familial, il appartient un peu à tous et son propriétaire est en réalité investi d’une mission de dépositaire d’une parcelle d’histoire qu’il doit s’efforcer de communiquer aux autres et de transmettre à son tour.